Nous connaissons ce que nous percevons de la réalité. Cela ne veut pas dire que nous ne percevons pas ce qui n'existe pas.

Et si la Terre abritait plus d’êtres vivants que ceux que nous pouvons apprécier ?

Mes chimères, faites de fragments de vies animales ou végétales du monde qui nous entoure, sont une forme de vie possible, dans une dimension existant simultanément avec la notre.

Dans un univers parallèle qui interagit avec notre réalité, l’Évolution se serait déroulée autrement.